LA PRESQU'ÎLE ROYALE, NON ?
Quand l'une des principales locomotives touristiques de toute la Presqu'île se refait une beauté on ne peut qu'applaudir et lui souhaiter « bonne chance » ! En pensant aux deux promoteurs de La Baule que furent François André et son neveu Lucien Barrière. Car, sans eux, la physionomie de cette baie magique n'aurait jamais eu l'éclat qu'on lui connaît et que l'on aime.
Le Royal rénové c'est du bonheur partagé. Pour ceux qui le fréquentent et pour ceux qui le côtoient en front de mer, d'un regard ou d'un sourire. Les beaux monuments aiment qu'on leur parle. Ils savent écouter. Et parlent parfois, certains soirs, dans le murmure des vagues et des vents… La Baule et la Presqu'île ont besoin de dynamisme et de modernité. De tranquillité et de fêtes. De sable blond, de rêves et d'émotions.
Avec cet été qui commence et qui ne s'achève jamais vraiment sous les pins et les parasols, même avec des météos incertaines, vous trouverez le temps de découvrir dans ces pages des instantanés de vie et des vivacités balnéaires à découvrir et à partager.
Le clin d'œil amoureux de Pierre-Yves Dayot (couverture) à nos étés « glacés » est dans l'ADN d'un territoire, de mer et de terre, auquel nous rendons hommage par de splendides photos prises du ciel. Un peu de hauteur qui sied à la compréhension de cette Presqu'île si belle, si tranquille et si sereine…
Du Croisic à Pornichet, en passant par Guérande et Piriac, Pen-Bron et La Baule, c'est toujours de la même élégance qu'il s'agit offerte aux vents légers des plaisirs conjugués. Vive clarté baudelairienne, de nos étés trop courts…
La Baule est bien un privilège que ce 27e magazine entend bien fêter aujourd'hui et demain, dans ses pages, chaque jour ! Bel été, ici chez vous, avec nous…

Hervé Louboutin
Éditeur